lundi 21 septembre 2015

What about [...] Noire Lagune [...] Charlotte Bousquet

Charlotte Bousquet, Noire Lagune, GSE Poche, 318 pages.

 

Résumé :



Dans les brumes de décembre, les cloches de San Zanipolo chassent les âmes en peine. A l'aube du carnaval, la cité des Doges s'éveille sur des cris : tordu dans une affreuse posture, une salive noirâtre aux commissures des lèvres, le corps dans vie d'un imprimeur est découvert derrière un étal de marché. Ce n'est que le premier cadavre aux lèvres noircies, la peste est de retour en ville ! Peste... ou complot ? Seule Flora, une jeune courtisane, entrevoit la vérité. Mais qui la croira ? Veronica Franco, sa tutrice ? Galeazzo Foscarini, qu'elle aime sans espoir de retour ? Les jours passent, le fantôme de Dandolo, le doge sanguinaire, revient semer le trouble dans les esprits. Le mal se répand, apportant son lot de violences et d'injustices pour un cortège macabre. Et tandis que les Vénitiens, terrifiés, cherchent des boucs émissaires, les vrais coupables poursuivent leur oeuvre de mort. Risquant sa vie, Flora ne pourra compter que sur son sang-froid pour noyer dans les eaux sombres de la lagune les malédictions de Venise...


Mon avis :


J'ai passé un très bon moment lecture. La plume de Charlotte Bousquet est vraiment très agréable à lire. La résonance des mots dans ma tête au gré de l'avancement de ma lecture était mélodieuse. Le vocabulaire employé est recherché et appuie les connaissances que possède l'auteur sur cette époque historique.

A la fin du roman, Charlotte Bousquet récapitule certains éléments historiques importants pouvant aider à la compréhension de son roman. Un lexique avec le vocabulaire Italien qu'elle emploie, notamment pour la description des vêtements de ses protagonistes, est également mis à disposition du lecteur. Il y a également un récapitulatif des personnages clefs ayant vécus durant cette époque et qui sont évoqués tout au long du roman.
J'ai trouvé cette idée vraiment judicieuse puisque encore une fois ça permet de donner plusieurs niveaux de lecture. Il est possible de lire le roman et de s'y retrouver sans réfléchir à tous ces événements historiques, comme il est possible de pousser un peu plus loin la réflexion et les recherches afin d'en apprendre encore plus sur le contexte historique de la Venise de la fin des années 1500.

L'auteur nous parle des épidémies de Peste qui sévissent à Venise, des rescapés de la guerre de Lépante, ou bien de l'ordre de l'Inquisition. Charlotte Bousquet évoque aussi la place que tenait les courtisanes à cette époque bien particulière. Elle nous présente Veronica Franco qui appartenait à la catégorie des curtigiana onesta : femme de culture et de style, qui n'en faisait pas moins commerce de ses charmes. L'auteur a même procédé, elle-même, à la traduction de certain écrit de la Franco et nous en offre un extrait à la fin de son roman. Nous avons sous les yeux la Venise magique avec son carnaval, ses masques, mais aussi la Venise plus sombre, des ruelles humides où tout peut arriver.

L'intrigue de ce policier historique se déroule à Venise durant les années 1579. Un jour, alors que plusieurs corps porteurs des stigmates de la peste sont découverts, et par un habile concours de circonstance, Flora, jeune courtisane de quinze ans et pupille de Véronica Franco, se retrouve plongée en plein cœur de l'enquête. Ce récit mêle intrigue policière, meurtres, faits historiques, ainsi qu'une histoire d'amour (pas niaise, heureusement!). 

L'auteur change souvent de point de vue en fonction des nombreux personnages présent dans le roman ce qui insuffle une vraie dynamique au texte. On tourne les pages les unes après les autres afin de découvrir le véritable fondement de l'intrigue. Finalement, Charlotte Bousquet arrive à entrainer son lecteur dans la frénésie de cette ville aussi belle qu'inquiétante.

De plus, je pense que ce qui a attisé ma lecture est le lieu choisi où se s'établit l'intrigue. Venise, l'Italie. Un pays, une culture que j'aime énormément. Ayant déjà visité la Sérénissime, il était plus facile pour moi de visualiser le Grand Canal, le Pont Rialto, et j'en passe.

Je suis vraiment ravie de cette lecture et du ressenti à l'issue de cette lecture car malgré la richesse des faits historiques de l'époque, Charlotte Bousquet a vraiment réussi à plonger son lecteur dans une ambiance sombre, en plein cœur d'événements historique en condensant son roman puisqu'il ne comporte que 300 pages. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire