jeudi 3 septembre 2015

What about [...] Le premier [...] Nadia Coste

    Nadia Coste, Le Premier, Scrineo, 312 p.

     Résumé :


    Vaïn n'est pas mort. Pourtant, son frère l'a tué.
    A-t-il ressuscité ? Pourquoi le soleil brûle-t-il sa peau ?
    Pourquoi seul le sang le rassasie-t-il ?
    Alors que son désir de vengeance augmente, Vaïn se convainc que la Nature l'a sauvé de la mort pour éliminer son frère et sa descendance maudite... Une traque terrible et périlleuse commence... Elle durera des siècles.
    La quête du Premier Immortel depuis la fin du néolithique jusqu'au début de Rome.

     Mon avis :

     

     Je ne connaissais absolument pas Nadia Coste qui semble avoir connu du succès avec sa saga Feydelins. C'est donc avec un œil totalement vierge que je me suis lancée dans cette lecture. Qui plus est, j'adore les vampires, alors dès qu'on me parle de réécriture qui a l'air un peu goredegueupleindesang, je ne peux que foncer tête baissée ! Et avez-vous vu cette couverture ? N'est elle pas SUBLIME ?

    Néanmoins, mon avis concernant cette lecture reste mitigé. 

    J'ai beaucoup apprécié la première partie du Roman où nous sommes plongés en plein cœur de l'époque néolithique. Nous allons découvrir la façon de vivre de la tribu où vit Vaïn. Chasseurs-cueilleurs, éleveurs, agriculteurs, chamans… L'originalité du roman en fait un atout majeur.
    J'ai également aimé l'évolution du personnage principal tout au long du roman. Au début, Vaïn, nous est présenté comme un adolescent fragile, dont tout le monde se moque (bien que cette facette m'ait vite agacée). Puis, de fil en aiguille, après sa transformation, il gagne peu à peu en force et en confiance.
    J'ai également apprécié cette réécriture du mythe des Vampires et des Loups-Garou qui est maniée d'une main de maitre. Dès le début de l'histoire, le lecteur est plongé en plein coeur de l'action. 

    Le conflit opposant les deux frères, l'assassinat, la traque. Tous les faits que nous proposent l'écrivain s'enchainent et s’imbriquent remarquablement bien et poussent le lecteur à tourner les pages les unes après les autres. On veut vraiment connaitre la suite. Nadia Coste arrive à maintenir en haleine son lecteur. 
    Les scènes barbares du début du roman constituent également un des aspects du roman qui m'a le plus séduite. Je me suis régalée. Les meurtres sanguinolents ne sont uniquement dirigés vers les adultes. Les enfants, les animaux, tout le monde y passe.

    Par contre, j'ai trouvé que l'histoire commençait à manquer d'attrait vers le milieu du roman. A partir du moment où Vaïn retrouve son frère Urr, pour être précise.
    J'ai eu beaucoup plus de mal à me plonger dans l'époque Antique dépeinte à travers la plume de l'auteur. 
    J'ai également eu beaucoup de mal à m'attacher aux personnages. Vaïn m'a agacé la plupart du temps avec ses sempiternelles complaintes. On a vraiment l'impression que tout le malheur du monde lui est tombé dessus, et parfois j'aurais aimé qu'il agisse plus en homme. Difficile d'apprécier un roman quand le personnage principal ne trouve pas grâce à mes yeux.
    De plus, les évènements qui surviennent par la suite ne m'ont pas convaincus : j'ai trouvé que l'intrigue commençait à s’essouffler un peu.

    Vous aurez compris, cette lecture a donc été mitigée pour moi. J'ai beaucoup aimé la première partie, à tel point, que la seconde m'a semblé beaucoup fade. De plus, l'absence de personnalité de Vaïn m'a empêché de m'attacher au personnage principal. Et pour moi, les récits sont vécus à 100% quand on arrive à se lier avec les protagonistes, ce qui ne fut malheureusement pas le cas ici.

    Mon impression lecture en un GIF :




    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire