vendredi 14 novembre 2014

What about [...] Joujou [...] Eve de Castro

Parution : 23 Octobre 2014
Format : 1 x 215 mm
Nombre de pages : 360
Prix : 21,00 €
ISBN : 2-221-13407-9

 Résumé :


Russie polonaise, 1741. Tombée dans la misère, la comtesse Boruwlaska vend son fils à une amie fortunée.
Comme jouet humain.
À neuf ans, Joseph a la taille d'un enfant à la naissance. Idéalement proportionné, les traits fins, ravissant. C'est une « réduction humaine », un lilliputien. Doué d'une intelligence exceptionnelle.
Un monstre parfait.
Le sort qui l'attend est celui d'un animal de compagnie ou d'une bête de foire. « Joujou » va vivre quatre-vingt-dix-huit ans à cheval entre les fastes de l'Ancien Régime et les débuts de la révolution industrielle, jouer du violon pour des rois et pour des putains, séduire des femmes, sillonner l'Europe à feu et à sang, exciter la convoitise des savants, devenir une légende.

 

 

Ma note : ❤❤❤❤❤



Mon avis :


Il s'agit d'un coup de cœur indiscutable ! J'ai découvert Eve de Castro par un heureux hasard et j'en suis plus que ravie !!
 
Ce roman que l'on peut qualifier de roman historique nous raconte l'histoire d'un vie : celle de Joseph Boruwlaska, né nain pour son plus grand malheur.
 
 
Après le suicide de son père, Zofia Boruwlaska sa mère, sombre dans la misère. Pour survivre, elle décide de vendre son fils à une vieille amie, la starostine, Mme de Caorliz. Cette dernière est veuve et s'ennuie. Elle décide de recueillir Joseph - qu'elle rebaptisera Joujou - afin de se divertir. 
 
A 9 ans, Joseph mesure 50 cm. Pour son plus grand malheur il est nain mais très gracieux. Ses traits fins, ses yeux bleus ainsi que ses cheveux blonds vont ravir tout l'entourage de la starostine. Cette dernière va demander à son Joujou de donner "du poupon, du bichon, puis de l'huitre". Alors qu'il se rêve Hirondelle, le voilà cloué au sol, impuissant, subissant son affreux quotidien. On lui demande de danser, de faire des courbettes devant la cour, de réciter des vers. Chaque mercredi que dieu fait, Mme de Caorliz convie un nombre incalculable de personnes hauts placées afin d'exhiber son nouveau jouet. Nous sommes témoin de l'incompréhension de l'enfant qui a été vendu par sa mère, il est malheureux, souffre, pour ensuite être enfermé dans un cagibi quand on n'a plus besoin de lui. On ne l'instruit pas, son quotidien est de tenir son rôle de poupée, de bichon.
 
Mais, ce qui va permettre à Joseph de se sauver, c'est sa remarquable intelligence. La Comtesse Humieska, sa "bienfaitrice" comme elle se nomme, va décider de le prendre sous son aile et va lui dispenser une éducation afin d'en faire un gentilhomme. Au fur et à mesure du temps, il va développer de réelles aptitudes aux langues (français, allemand, anglais), ainsi qu'aux arts (violon, danse). Domaines dans lesquels il va exceller.
 
 
Puis, Joseph, âgé de 15 ans va sillonner l'Europe avec la Comtesse Humieska. Elle va l'afficher mais également lui permettre de gouter à tous les us et coutumes, toutes les mœurs, qu'elles soient Allemande, Parisienne, Polonaise ou Anglaise. Il va fréquenter de hauts personnages tel que l'ancien roi de Pologne.
 
Nous allons être entrainé dans la folie de son périple. Nous sommes pris à témoin du quotidien de la vie extraordinaire d'un jouet humain
 
Joseph vieillit, devient de plus en plus malin, il est intelligent, doté d'un cœur et d'un esprit. Nous allons le suivre dans sa course folle au succès, être témoin des aléas de sa triste vie, de ces bonheurs comme de ses malheurs, de son succès puis de sa déchéance. Nous serrons spectateur des difficultés qu'il va traverser avec courage malgré la méchanceté, l'irrespect de son entourage. La manière qu'il a de surmonter le jugement des gens de la cour, et parfois même de sa famille, est une preuve de sa force. A l'issue du roman, on ne peut que se rendre compte de la chance que nous avons de vivre à notre époque, dans ces conditions qui sont les nôtres.
 
Ce roman historique est romancé, je pense qu'Eve de Castro a fait un travail merveilleux puisqu'elle s'est inspiré de faits réels mais à également romancé une partie de la vie du vrai Józef Boruwłaski. La plume de l'écrivain ainsi que le vocabulaire utilisé ajoute une plus value certaine à son œuvre.
 
Quand j'ai refermé le livre, j'avais les larmes aux yeux. Ce tragique destin m'a profondément touché. Je ne peux que vous conseillez la lecture de ce roman, surtout si vous êtes comme moi, amateur/amatrice de roman historique.

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire